Une Approche EFFICACE Pour Créer vos ARRANGEMENTS MÉLODIQUES :

Vous allez voir dans les lignes qui suivent une méthode facile à comprendre et à appliquer pour composer vos « arrangements mélodiques ».

Ce que j’appelle arrangement mélodique c’est l’ensemble des instruments mélodiques (violons, pianos, synthés… mais PAS rythmiques ni des FX) qui sont joués en même temps que la mélodie, et qui sont en harmonie avec elle…

 

Pas de panique, on ne va pas rentrer dans de la théorie musicale abstraite : on reste dans une approche davantage orientée pour les débutants, bien qu’elle puisse être utilisée par des pros 😉

 

Voici donc cette méthode en trois étapes :

production musicale

Créez une progression d’accords dans les médiums :

En premier, je vous conseille de créer une progression d’accords, progression étalée sur par exemple 4 patterns (boucles) de 16 temps (c’est-à-dire 64 temps au total).

 

Pour vulgariser (pour les débutants), un accord c’est le fait de jouer 2 ou plusieurs notes différentes d’un même instrument en même temps.

 

L’idée ça va être de trouver quelques accords qui sonnent bien, et de les jouer l’un après l’autre tout au long des 4 patterns (d’où l’appellation de « progression d’accords » 😉 ).

 

Choisissez pour cela un instru dont la sonorité « tient dans la longueur », c’est-à-dire PAS un instrument dont le volume s’éteint juste après que la note soit jouée.

=> Un violon, un synthé de type « nappe » (genre un « pad », un « orchestral »…), ou encore un orgue, ça fonctionne nickel pour une progression d’accords.

=> Par contre, un piano « sec », ou un carillon dont les notes sont « courtes », c’est moins bien…

 

Car l’idée c’est d’avoir un son « continu » (ou presque) entre les notes, celles-ci étant peu nombreuses (et donc espacées) au sein d’une boucle.

 

Ajustez les notes des accords pour que les fréquences médiums soient dominantes (bannissez les fréquences basses et hautes, vous allez voir pourquoi dans quelques instants…).

 

Exemple avec un violon qui tape dans les médiums :

=> Accord n°1 : joué sur le 1er temps de la boucle.

=> Accord n°2 : joué sur le 5ème temps de la boucle.

=> Accord n°3 : joué sur le 9ème temps de la boucle.

=> Accord n°4 : joué sur le 13ème temps de la boucle.

 

Le son de chaque accord est maintenu jusqu’à ce que le suivant prenne le relais, c’est pourquoi on a un « son continu » dont les notes évoluent.

Créez une progression dans les basses :

Maintenant que vous avez votre progression dans les médiums, vous allez « soutenir » cet ensemble avec des fréquences basses.

Pour cela, faites SIMPLE : dupliquez votre motif créé précédemment, et transposez-le (c’est-à-dire déplacez-le) deux octaves (ou plus) vers le bas (les fréquences basses !).

Pour info (si vous débutez) : une octave c’est l’intervalle qui sépare deux « versions » d’une même note sur un clavier, par exemple deux « Do » (l’un sonne donc plus grave que l’autre).

 

Vos progressions dans les médiums et dans les basses restent harmonieuses, car elles utilisent les mêmes notes / accords 😉

 

Si vous le souhaitez, vous pouvez ensuite changer l’instru qui gère les basses, afin d’obtenir une sonorité plus « vibrante », plus planante, plus douce ou plus agressive selon votre envie…

 

Vous pouvez également lui coller un ou plusieurs effets, comme une distorsion par exemple, tant que ça sonne bien avec la progression des médiums 😉

Créez la mélodie :

Vous avez maintenant un ensemble composé d’une progression dans les fréquences moyennes, et d’une progression dans les fréquences basses.

Vous allez terminer cette méthode en créant une mélodie qui va venir « en haut » de tout ça, en étant présente principalement dans des fréquences haut-médiums / aiguës.

 

Pour cela, vous pouvez cloner la progression des médiums, la transposer deux octaves vers le haut, et éventuellement changer d’instrument.

Là, vous pouvez (c’est même conseillé) utiliser un instru qui soit plus « sec », dont la sonorité ne tient pas sur la durée, mais qui soit plus courte.

Un piano dont les notes ne sont pas maintenues c’est top par exemple 😉

 

 

Réutilisez les notes des accords de la progression des médiums, mais jouez-les UNIQUEMENT l’une après l’autre, et non plus simultanément sous forme d’accords.

Vous pouvez essayer différents ordres pour jouer ces notes, vous pouvez jouer une même note plusieurs fois d’affilé, ou encore séquencer plus de notes pour la même durée (boucle).

 

Ajoutez-y d’autres notes (non présentes dans les accords) de temps en temps pour varier, et ajouter de la sophistication à votre mélodie…

 

Voila, vous avez votre arrangement mélodique, qui exploite aussi bien les basses, les moyennes et les hautes fréquences, de manière distincte 🙂

 

 

Tout cela peut paraître un peu abstrait dit comme ça, je vous montrerais la mise en pratique en détails dans des cours de production musicale

Vous allez voir qu’on peut aller bien plus loin, ajouter du détail, appliquer des astuces pour rendre l’ensemble plus harmonieux et cohérent…

Mais cette approche est déjà efficace, surtout si vous composez vos premiers morceaux ou vos premiers lives ! 😉



Tu souhaites aller plus loin en production musicale ? Télécharge le Pack de Bienvenue M.A.O. (offert) : clique ici


Tu souhaites aller plus loin en mix DJ ? Télécharge le Pack de Bienvenue DJing (offert) : clique ici


Envie de passer (rapidement) à la vitesse supérieure ? Découvre nos formations M.A.O. et DJing : clique ici