Comment SAMPLER des Vinyles (ou des CD) Pour vos Sets DJ :

Enregistrer vos propres échantillons sonores (« samples » en anglais) à partir de différentes sources comme des disques vinyles ou des CD peut vous permettre de multiplier les possibilités de vos mixes !

 

Reprendre une voix connue pour en faire un mashup, se servir d’un kick pour renforcer celui d’un autre morceau, ou encore rejouer une boucle instrumentale sympa peut clairement casser la monotonie d’un set DJ « classique » et banal…

 

Voici donc comment vous y prendre pour sampler vos sons préférés :


st-dj-comment-sampler-des-vin-yles

Trouvez des passages intéressants à sampler :

Vous allez passer en revue des vinyles et / ou des CD que vous avez pour repérer des passages pertinents à sampler.

Il peut s’agir de voix (chants, extraits de films ou autres) ou d’instruments (kick, cymbale, ou même des « FX uplifters » comme ceux que je vous offre dans le Pack de Bienvenue) joués en solo.

 

Mais vous pouvez également sampler des boucles de 4, 8 ou 16 temps !

Vous pourrez alors les rejouer lors de vos sets DJ (ou dans des compos), en prenant soin de bien les caler au tempo 😉

 

Il peut s’agir de boucles rythmiques « basiques », allégées en instrus, comme on peut en trouver dans des intros, des outros, ou dans des breaks.

 

Vous pouvez aussi sampler des mélodies entières sur le même principe…

 

Bref, vous voyez le potentiel du truc, et les portes que ça peut vous ouvrir ! ^^

 

 

Dans tous les cas, prenez soin de sampler des passages clairs, propres, sans bruit de fond.

Si vous travaillez avec des vinyles, vous n’aurez jamais un son parfait, car il y a toujours un risque de « craquement » (le son qui fait la particularité de ce support) non voulu : à vous de voir si le rendu final vous satisfait ou pas…

Préparez votre matériel pour le sampling :

Commencez par nettoyer les vinyles et / ou les CD que vous comptez sampler avec un chiffon doux et propre.

 

Calez le fader de pitch de votre platine à 0% pour garder le tempo et la tonalité d’origine.

 

Faites le câblage de la platine, de la table de mixage (sortie « REC »), et de l’ordinateur.

Réglez les EQ, le gain, la sortie master et le fader de la voie utilisée sur votre table de mix pour avoir un son propre (proche du 0 dB sur le VU-mètre, sans le dépasser).

 

Réglez votre logiciel d’enregistrement (Audacity, FL Studio, Ableton Live…) :

> le volume d’entrée (il doit rester « dans le vert », et monter occasionellement à 0 dB).

> Vérifiez que vous avez un signal non modifié tout au long de la chaîne (pas d’effet ou de traitement audio ajouté via le logiciel, ni via votre carte son…).

 

 

=> Si vous voulez aller bien plus loin sur l’enregistrement de samples ou de sets DJ, lisez ces 4 articles que j’avais publié sur Audiofanzine, vous allez y trouver des infos plus poussées :

> Configurer sa table pour enregistrer son mix DJ

> Configurer son ordinateur pour enregistrer son mix DJ

> Les bonnes pratiques à suivre pour enregistrer son mix DJ

> Peaufiner et exporter le fichier final

😉

Editez, exportez et vérifiez vos samples :

Quand vous avez effectué un enregistrement, peaufinez les détails en éditant la wave form (la forme de l’onde sonore).

Par exemple, vous pouvez réajuster la durée du silence avant le début du son, et après sa fin.

Ou encore, vous pouvez appliquer un micro-fondu de volume (inaudible) au tout début et à la toute fin du son, afin d’être sûr de sa « fluidité ».

 

Exportez vos samples en WAVE (ou autre format non compressé) 16 bits 44100 Hz, ce qui est une excellente qualité audio, et le standard pour être lu partout (sur platines CD en particulier).

 

Faites ensuite plusieurs écoutes à différents volumes (avec des enceintes de monitoring et au casque) pour vous assurer que la qualité est bonne, que le son est très propre, avec un minimum de bruit de fond (même si c’est presque impossible de ne pas en avoir du tout).

 

Si vous êtes satisfait de votre bébé, archivez-le dans votre banque de sons, et passez au suivant…

 

Bon courage 😉