Le Truc Qui Risque De Foirer Ton Set Live (ou DJ) Sur Scène :

Sur scène, si tu lives sur logiciel (Ableton Live, Bitwig Studio…) ou sur machines (sampler, boîte à rythmes, synthés…), ou encore si tu mixes sur logiciel DJ (Traktor, Serato DJ, Virtual DJ…), tu dois faire rentrer ton signal de sortie Master dans une table de mixage

Celle-ci joue le rôle d’intermédiaire entre les sources audio (platines CD, platines vinyle, ordinateurs…) et la sono (processeur, EQ, amplis…).

 

Cette table de mixage peut être un mixer DJ (on va prendre la Pioneer DJM-900 en exemple dans cet article, car c’est l’un des modèles les plus courants en régie pro), ou une console de mixage pour sono (avec plus de 4 voies).

Pour assurer ton set, tu dois donc t’assurer que ton signal audio restera nickel, optimal en sortie de cette table de mix !

 

Voici ce que tu dois vérifier avant de jouer :


live set dj ableton

Câble-toi correctement sur la table de mix :

Déjà, pour en savoir plus sur le câblage et sur les fonctionnalités d’un mixer DJ, check le guide de démarrage inclus dans le Pack de Bienvenue DJing (à télécharger gratuitement en cliquant ici).

 

Tu dois brancher la sortie Master de ta carte son (externe ou interne à ton ordi) à une entrée ligne (« Line ») libre de la table de mix.

Ensuite, et si ça ne gêne pas l’artiste qui est en train de jouer ( ! ), switch le bouton de sélection d’entrée de ta voie pour te mettre en « Line », et non pas en « Phono » (vinyles), ni en « USB ».

 

Ce bouton est situé tout en haut de la table de mix (au dessus des gains), ou sinon sur la face arrière.

Règle les EQ et le volume des voies :

Là encore, fais attention à ne pas gêner le DJ / liver qui est en train de jouer (tu peux le briefer sur ta manœuvre avant qu’il ne commence son set).

Certains réglages ne seront donc possibles que quand il aura fini son set (tu peux alors prendre les commandes pendant que son dernier morceau se termine, mais attends la fin avant de lancer ton son).

 

table mix pioneer DJM 900

 

Les trucs à régler :

 

– Les 3 (ou 4) EQ : basses, médiums et aigus tous à « midi » pour être à 0 dB (qualité de son optimale et fréquences équilibrées).

 

– Le gain de ta voie : avec le potard situé au dessus des EQ, mais tu dois faire un test de son avec ton live qui tourne pour régler ce gain (on en reparle dans quelques minutes) !
Le but est de te rapprocher du 0 dB sur le VU-mètre de ta voie mais sans le dépasser.

 

– Le line-fader de ta voie : il reste éteint tant que tu ne joues pas ( !!! lol ).
Les faders n’agissent pas comme un gain de volume : ils sont prévus pour être montés à fond par défaut (ça ne risque pas de générer de la saturation par exemple).

 

– Le line-fader des autres voies que la tienne : comme ils ne sont pas utilisés, descends bien chacun d’entre eux à fond !

 

– Le cross-fader : le plus simple est de le laisser au milieu.
S’il doit rester à fond à gauche ou à fond à droite pour une raison mystérieuse, vérifie que ta voie est bien « routée » vers ce côté du cross-fader (tu as des petits boutons « Cross fader assign » pour ça, en dessous des line-faders) !

 

– Le volume des enceintes de retour (si cette option est dispo sur la table de mix, sinon demande au responsable de la sono) : tu as un potard « Booth monitor » pour ça.

Ajuste la console de mix pour avoir un rendu 100% « dry » :

Ce qu’on appelle « dry » (contrairement à « wet ») c’est un signal qui ne subit aucun un effet, comme un echo, un delay, une reverb…

Ce que tu veux, c’est avoir un signal 100% « dry » sur cette table de mix, car les effets tu les utilises sur tes machines ou dans ton logiciel.

 

Donc, sur la table de mix, tu dois :

 

– désactiver les « Color FX » : en appuyant sur le(s) bouton(s) concerné(s), et en réglant le potard « Color » (en dessous des EQ) au centre.

 

– Désactiver le filtre (passe-haut / passe-bas) de ta voie en réglant son potard au centre (il est souvent situé en dessous des EQ, suivant le modèle du mixer).

 

– Désactiver les « Beat effects » : en appuyant sur le bouton ON / OFF, et en tournant le potard « Level / depth » au minimum.

Vérifie les autres réglages de la table de mixage :

Voici d’autres points à checker, même s’ils ne sont pas forcément souvent utilisés :

 

– le volume des micros coupés (potards des EQ complètement éteints, « talkover » sur off).

 

– La panoramique (« Pan ») de ta voie et / ou du Master centrés à 100% (il peut y avoir un potard « Balance » sur le Master, comme c’est le cas sur les DJM-900).
Vérifie aussi que le Master est en stéréo (il y a un bouton pour switcher en mono sur le Master de certaines tables de mix).

Fais un « sound check » rapide :

Pour rappel : le but est de toujours rester dans le vert sur le VU-mètre sur ta voie, comme sur le Master !

Taper dans le rouge, c’est de la pure connerie : tu perds en qualité de son, en plus de passer pour un guignol au près d’ingé son ou de responsables de la sono sérieux !

Pour avoir un son plus fort, c’est le rôle des amplis, PAS du gain de ta voie !     😉

 

 

Pour faire ton test, tu peux utiliser la sortie casque de la table de mix pour ta pré-écoute, tant que ça ne gêne pas le mec qui est en train de jouer !
(Attention au volume du casque qui peut être très – trop – fort !).

Attention aussi à n’avoir, dans le casque, QUE ta voie : règle le potard « mixing » (le nom peut être différent suivant le modèle de la table de mix) pour ne pas entendre la sortie Master du tout !

 

Corrige alors ce qui est nécessaire : gain de ta voie (sur un passage riche en instrus !), les effets de la table de mix qui pourraient encore être actifs…

Une question d’anticipation :

Voila pour cette préparation (j’espère n’avoir rien oublié, après ça dépend aussi du modèle du mixer !)…

Je te recommande de te créer une checklist avec tous ces réglages notés dans l’ordre à effectuer, histoire de ne rien oublier et de ne pas stresser quand t’es sur scène !    😉

 

Le top c’est de parler de tes réglages au responsable de la sono pour qu’il ajuste le volume du Master (ainsi que ses amplis) en fonction, quand tu te mets à jouer…

Car il peut y avoir un décalage par rapport au DJ / liver te précédant : s’il tape dans le rouge (bouuuuhhh !!!) en mixant à +6 dB alors que toi tu vas te caler à 0 dB, ça va clairement s’entendre sur le floor (si personne n’ajuste le Master et / ou les amplis en conséquence) !     😉

 

Tout ce que tu as lu dans cet article, c’est ce que j’avais appliqué lors de mon plus gros booking à ce jour (au Zénith de Nancy en 2014), et le rendu était top !   😉

 

Sur ce, bon live !   🙂