3 Notions À ADOPTER Pour BIEN Enregistrer vos Mixes DJ :

Pour progresser concrètement en mix et pour prendre du recul par rapport à ce que vous faites, je vous recommande fortement de vous enregistrer régulièrement.

Vous pouvez alors réécouter votre travail plusieurs fois, à tête reposée, et analyser votre prestation pour noter les côtés positifs à développer comme les côtés négatifs à éviter…

Votre meilleur enregistrement peut aussi vous aider à vous faire connaître en le diffusant sur internet, et vous servir de démo à donner à vos fans

Dans cet article, vous allez découvrir 3 aspects importants à appliquer pour effectuer des enregistrements de qualité :

 

dj

Utilisez du matériel DJ opérationnel

Pour faire un bon enregistrement de mix, vous devez avoir un signal qui soit 100% impeccable du début à la fin de la chaîne (c’est-à-dire en partant de votre source sonore comme vos platines CD et en allant jusqu’au logiciel d’enregistrement).

Mixez avec du matériel DJ en bon état : faites attention à l’usure des potards (notamment des EQs), des faders et des connectiques.

Dans certains cas, cette usure peut avoir un impact négatif important sur le son émis, comme l’apparition de grésillements horribles quand vous tournez le potard des basses par exemple.

Votre matériel doit aussi être bien réglé (indépendamment de son état d’usure), afin d’éviter des mauvaises surprises pendant votre session… Comme une cellule de platine vinyle qui saute à cause d’un contre-poids mal réglé !

Enfin, si votre table de mix n’est pas trop usée mais que c’est un modèle d’entrée de gamme qui génère du « souffle » audible, arrangez-vous pour vous servir d’une autre table le temps de votre session…

Prenez donc les dispositions nécessaires pour corriger ou atténuer les problèmes éventuels afin de vous mettre à l’aise !

N’oubliez pas de gérer la qualité du câblage qui est un élément crucial dans la transmission du signal, et que beaucoup de DJs ont tendance à négliger    😉

 

Gérez les volumes de manière optimale

Le but c’est de ne jamais avoir de pic de volume excessif pendant tout votre set DJ, afin d’anéantir tout risque de dégradation du son.

Pour cela, je vous recommande de vous calibrer en permanence (et de manière obsessionnelle) sur la valeur de 0 dB sur votre VU-mètre pour le gain des voies.

Essayez de garder un volume global constant de 0 dB avec une marge de +/- 3 décibels, voire moins, que vous soyez en train de mixer ou pas.
Oui cela nécessite de la précision et de la rigueur, et oui cela fait parti de votre boulot en tant que DJ !     😛

La sortie Master, elle aussi, ne doit pas dépasser 0 dB idéalement, et peut générer un volume bien inférieur suivant votre besoin et votre sono…

En gros, restez « dans le vert » en restant le plus proche possible du 0 dB sur les passages riches en instruments, mais faites en sorte de ne jamais le dépasser.
De cette manière, vous vous assurez de sortir un signal propre (non saturé) de la table de mix    😉

 

N’appliquez aucun traitement après l’enregistrement du mix

Maintenant que votre signal est propre et à bon volume en sortant de votre mixer, il ne reste plus qu’à le faire rentrer dans votre logiciel d’enregistrement (Audacity ou autre).

Le signal passe d’abord par la carte son de votre ordinateur, donc désactivez tous les traitements éventuels qui y sont liés.

Une fois que le signal « pur » arrive dans votre logiciel, vous devez, là aussi, rester vigilant quant au volume d’entrée, afin qu’il ne dépasse jamais le 0 dB !

Vous pouvez alors enregistrer votre mix complet après avoir réussi un test d’enregistrement concluant, en l’ayant écouté au casque ou sur des enceintes.

Quand votre mix est enregistré, vous pouvez supprimer les blancs avant et après le set, et éventuellement rajouter des fondus d’entrée et de sortie.

Mais n’appliquez aucun traitement pour tenter d’améliorer le rendu !

Beaucoup de DJs pensent qu’ils obtiendront un meilleur résultat en appliquant un ou des traitements qui sont habituellement utilisés en mastering de morceaux.
Il peut s’agir de normalisation, de compression, d’égalisation ou autres…

C’est une erreur, une mauvaise démarche !

Si votre enregistrement est foireux à la base (trop de pics, volume trop fort ou trop faible globalement, grésillements…), vous pourrez essayer tous les traitements que vous voulez, vous n’obtiendrez rien de bien !

J’ai testé pas mal de ces astuces bidon avant de comprendre que le truc à travailler n’est PAS le traitement « post-enregistrement », mais bien l’enregistrement lui-même (c’est-à-dire la prise de son)

Je vous garantis que si vous appliquez les deux premières parties de cet article, aucun traitement n’est justifiable, et vous aurez un mix enregistré impeccablement     😉



Découvre le Cursus Intégral DJ Producteur : clique ici pour voir...