3 Conseils Pour (NETTEMENT) Mieux Mixer Avec des Effets :

Nombreux sont les DJ qui souhaitent mixer en ajoutant des effets, et vous en faites peut-être parti    🙂

Quand je parle d’effets dans cet article, il s’agit des traitements audio qu’on peut appliquer à un morceau pour le déformer, le triturer, le maltraiter…     😀

Par exemples : ajouter de la réverbération, un delay, un beat repeat, un echo, un flanger…

 

Des effets de ce type sont déjà présents dans les morceaux, et en rajouter quand vous les mixez doit ajouter de la valeur à votre prestation…

Sinon, vous risquez de dégrader le travail des artistes qui ont composé vos tracks, et, malheureusement, cela arrive assez souvent chez les DJ débutants !

 

Voici quelques conseils pour vous aider à mieux gérer les effets dans vos mixes :


mixer effets

Apprenez d’abord à mixer correctement sans effet !

Avant de chercher à rajouter des effets, je vous invite à apprendre à bien maîtriser les bases fondamentales du DJing !

C’est-à-dire le calage tempo manuel « à l’oreille » précis, les techniques de transition, le mix harmonique pour le choix des titres, jouer plusieurs fois devant un petit public…

Vous devez aussi connaître par cœur vos morceaux, et savoir repérer les passages sur lesquels il est facile de mixer.

J’insiste là-dessus mais c’est tellement important !

Quand on débute en DJing, on peut être vite tenté d’aller tâter les effets offerts par sa table de mixage, ou (surtout) par son logiciel DJ (notamment dans Virtual DJ, Traktor ou encore Serato DJ… qui en proposent beaucoup) !

Clairement : apprenez d’abord à faire vibrer votre dancefloor sans toucher au moindre effet, avant de commencer à vous y intéresser !

Je sais que ça peut paraître frustrant et un peu « excessif » dit comme ça, mais je suis convaincu qu’apprendre les bases avant de toucher aux effets est un bon moyen de vous faire progresser rapidement !    😉

Ayez une bonne compréhension des effets pour mieux vous en servir dans vos mixes !

Pour bien appliquer des effets, je vous conseille de vous renseigner sur leur fonctionnement en détails, et à quoi ils sont « destinés » à l’origine.

Par exemple, certains effets fonctionnent bien sur certains types d’instruments ou sur des passages spécifiques de vos morceaux, mais pas du tout sur d’autres

 

Vous pouvez distinguer en particulier deux grandes catégories d’effets :

1/ Les effets qui collent bien avec des instruments (et des passages) de percussions, comme de la batterie : vous pouvez y appliquer des beat repeat (ou stutter), un gate…

Le genre d’effets qui créent des saccades, des répétitions très courtes.

 

2/ Les effets qui collent bien avec des instruments (et des passages) mélodiques, comme du piano : vous pouvez y appliquer du delay, de la reverb, de l’echo…

Le genre d’effets qui rendent l’ensemble mélodique plus « joli », sans saccader.

 

Bien sûr, il n’y a pas de règle exacte, ce ne sont que des indications : à vous de tester le rendu que vous obtenez, et de juger si ça sonne bien ou pas !

Si vous souhaitez aller bien plus loin dans cette compréhension des effets, leur paramétrage, et leur « utilité », vous pouvez consulter la formation DJ « Le Dojo » dans laquelle je vous guide plus en détails…

Notamment dans le « Niveau 5 » avec un outil spécialement prévu pour que vous puissiez vous exercer et maîtriser les effets : le « Testeur d’Effets »    😉

Mixez en appliquant des effets avec parcimonie !

C’est seulement quand vous gérez bien les bases du DJing et que vous avez une bonne connaissance des effets que vous pouvez en inclure dans vos mixes de manière vraiment efficace     😉

L’idée, c’est de le faire avec parcimonie, afin de ne pas surcharger, et pour rajouter de la valeur à vos sets.

Vous pouvez alors ajouter une bonne reverb sur un passage vocal, un beat repeat sur un passage rythmique en fin de boucle de 16 temps… pour amener quelque chose de nouveau, d’inattendu !   🙂

Servez-vous des effets pour agrémenter vos mixes, et uniquement que si ça apporte quelque chose d’intéressant.

Ne tombez pas dans le piège de trop vouloir modifier le son d’origine à votre sauce en espérant l’améliorer : la plupart du temps ça n’est pas utile, et si vous le faites trop souvent, vous allez vite lasser vos auditeurs !

Donc, dans le doute : abstenez-vous !    😉

 

Attention si vous comptez cumuler plusieurs effets en même temps : prenez soin de tester « à tête reposée » comment ils réagissent ensemble en fonction de leur paramétrage, et de l’ordre dans lequel le signal audio passe d’un effet à l’autre…

Évitez de superposer plus de 2 effets à la fois : il y a peu de chance que ça en vaille vraiment le coup.

Mieux vaut en appliquer moins mais mieux    😉



Découvre le Cursus Intégral DJ Producteur : clique ici pour voir...