Une Technique de Mix REDOUTABLE (Pour DJ Débutants et Confirmés) :

Certaines techniques de mix pour passer d’un titre à l’autre sont faciles à réaliser, et conviennent parfaitement aux DJ débutants qui veulent apprendre les bases…

Par exemples, les fondus progressifs, les « cuts secs », ou encore d’autres types de techniques de mix fondamentales que vous pouvez trouver dans le livre.

 

 

D’autres techniques sont plus complexes, plus sophistiquées et difficiles à réaliser…

Elles s’adressent donc à des DJ plus expérimentés, ou qui veulent faire la différence avec les autres artistes.

Du mix 4 platines au « finger drumming », en passant par le remix en live ou encore d’autres techniques avancées comme vous pouvez en trouver dans la formation DJ « Le Dojo » , il y a de quoi faire ! 🙂

 

 

Ce qu’on va voir aujourd’hui c’est une technique simple, déclinable de multiples façons, et facile à réaliser même si vous vous retrouvez un peu « à l’arrache » dans le feu de l’action en public…

 

Vous pouvez l’appliquer sur tous les types de supports : platines vinyles, CD, logiciel DJ.

 

La voici donc en détails :


mix-une-technique-redoutable-qui-vous-ouvre-enormement-de-porte

La technique du combo « Wool-up + CUE » :

Il s’agit de sortir le morceau 1 du mix avec un wool-up (aussi appellé « spin-back »).

Pour rappel : pour réaliser un wool-up, vous tournez rapidement et fortement le jog-wheel (plateau) de votre contrôleur USB ou de votre platine CD, ou encore votre vinyle, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

Ca provoque une sorte de rembobinage en accéléré, avec un son bien particulier que vous avez forcément déjà entendu ! 🙂

 

 

Quand vous lancez un wool-up, votre titre 2 (le suivant à jouer) n’est pas encore lu, donc le fader de sa voie est toujours à zéro.

Seul le signal sonore du morceau 1 doit être entendu jusqu’à la fin du wool-up où, là, vous coupez totalement le volume, et vous lancez le titre 2 à plein volume.

 

 

Avant de lâcher votre wool-up, pensez à baisser un peu le volume des basses, surtout si vous l’appliquez après qu’une série de kicks aient été joués (ça vous évitera d’avoir le volume qui monte trop dans le rouge !) 😉

Le timing pour réussir un wool-up est crucial : vous devez le lancer au bon moment, et le faire durer en restant calé sur les temps musicaux.

Par exemples : le faire durer sur 1, 2 ou 4 temps musicaux ça fonctionne bien.

Tout ça je vous l’explique en détails dans le cours n°2 de la formation DJ « Padawan », avec des schémas et des démos en vidéo…

 

 

Quand vous coupez complètement et de façon nette votre morceau 1, vous rentrez le morceau 2 exactement au même moment, et sur le passage que vous avez choisi (début d’intro, de break, drop…).

Pensez à équilibrer les fréquences (basses / médiums / aigus) et à ajuster le gain avec les potards de votre mixer AVANT de rentrer le morceau 2 !

Si vous êtes sur logiciel DJ ou sur platine CD, vous pouvez vous aider d’un point CUE pour lancer votre titre 2 facilement et précisément où vous voulez.

 

 

Si vous êtes sur vinyle, vous pouvez maintenir votre disque sans bouger avec son fader « ouvert » à fond, OU vous pouvez ouvrir le fader au moment où vous lâchez le disque (plus sûr mais plus difficile à gérer en parallèle du titre 1).

Le plus efficace au lieu d’utiliser les « line-faders » (les faders des voies 1 et 2) c’est d’effectuer la transition avec le cross-fader, en passant d’un coup sec de la voie du titre 1 à celle du titre 2 😉

Pourquoi cette technique de mix est redoutable :

Oui elle est simple et façile à réaliser, et elle vous permet aussi pas mal de choses comme :

 

– Vous éviter d’avoir à caler le tempo entre les deux morceaux : pratique si vous ne maîtrisez pas, ou encore si vous arrivez à la fin du titre 1 et que vous devez enchaîner sur le titre 2 en urgence 😉

 

– Vous éviter d’avoir à mixer harmoniquement : pas besoin de vous « prendre la tête » avec la compatibilité des tonalités, et du coup, vous pouvez même appliquer une « modulation ».

 

– Passer d’un style musical à un autre totalement différent, même si son tempo est quatre fois inférieur ou supérieur…

 

– Profiter d’une grande flexibilité pour votre set, car vous pouvez réaliser cette technique à n’importe quel moment des titres 1 et 2 (amener le titre 2 sur son intro, un drop, un break, un solo…).

 

– Décliner le wool-up avec l’ajout d’un effet (delay, reverb…), le remplacer par un « motor-off » (extinction du moteur sur une platine vinyle, avec la lecture du son qui se ralenti…), ou encore combiner les deux…

 

 

Bref ,vous voyez un peu le potentiel DE FOU que ça vous apporte !

Je vous invite donc à vous entraîner à cette technique pour la maîtriser rapidement, et en profiter pour développer votre créativité ! 😉



Découvre le Cursus Intégral DJ Producteur : clique ici pour voir...