3 Conseils Pour Gérer les Basses (SOIGNEUSEMENT) Pendant vos Mixes :

Vous avez sans doute déjà remarqué à quel point les fréquences basses jouent un rôle important sur le rendu de votre son, quelque soit le style musical que vous mixez !

 

Elles font littéralement vibrer le corps des danseurs (merci les caissons     😀   ), et elles permettent de vraiment faire bouger les gens sur le dancefloor

 

Savoir gérer correctement les basses dans vos mixes a donc une importance cruciale, et cela demande une bonne compréhension pour y arriver avec subtilité !

 

Voici donc quelques conseils pour vous aider là-dessus :


mix basses

Bien gérer les basses en terme de techniques de mix :

Certaines techniques de mix fonctionnent très bien avec les basses, alors que d’autres ne marchent pas du tout

La technique du « fondu progressif » (aux faders par exemple) donne souvent de mauvais résultats sur les fréquences basses…

Dans la majorité des cas, mieux vaut « ouvrir » ou « fermer » la basse d’un titre complètement et d’un coup, plutôt que de le faire progressivement sur plusieurs temps musicaux.

 

Pour faire rentrer les basses du titre 2 dans le mix, je vous recommande donc de privilégier :

– Soit une coupure nette, totale, et instantanée des basses du titre 1 pendant 1 à 4 temps musicaux par exemple (histoire de stresser un peu votre public en créant un « manque »).

Vous pouvez ensuite amener les basses du titre 2 d’un coup à leur volume « optimal », juste avant le 1er temps de la boucle suivante.

Avec cette technique, faites attention à ce que ça ne dénature pas trop le son d’origine !

 

– Soit une inversion des basses entre le titre 1 et le titre 2, de manière sèche, par exemple juste avant le 1er temps d’une boucle.

Dans ce cas-là, même principe : la basse du titre 1 disparaît complètement, et celle du titre 2 la remplace à son volume optimal.

 

Tout cela n’est pas évident à expliquer correctement dans un simple article de blog !    :-/

Si vous voulez voir des explications bien plus détaillées sur ces techniques de mix basiques mais efficaces, je vous invite à jeter un œil au cours n°2 de la formation DJ « Padawan ».

Vous allez y trouver des schémas, des vidéos de démonstration, et des exercices pour mettre tout ça en pratique concrètement (et pour aller plus loin en déclinant ces techniques à volonté…)    😉

 

Une petite astuce pour avoir plus d’impact quand vous faites une coupure (ou une inversion) de basses : accompagnez-la d’une légère et courte baisse dans les médiums également.

Les instrus qui génèrent des fréquences basses (lignes de basse, kicks, synthés…) tapent aussi dans les bas-médiums (voire dans les médiums) !

Vous allez donc accentuer votre effet de coupure !

Mais restez subtil quand même, afin qu’il reste encore un peu de son audible pour le dancefloor ^^     :-p

Les basses et la gestion de la panoramique :

Une particularité à connaître avec les basses : ces fréquences sont « non directives« , c’est-à-dire qu’il est difficile de repérer d’où elles sont émises (complètement à droite, un peu à gauche, complètement à gauche…).

C’est pourquoi dans 99,99% des morceaux de musique électronique (tous styles confondus), on place les basses, les kicks (éventuellement aussi les toms mais c’est moins « obligatoire ») à 0°, c’est-à-dire complètement au centre.

Contrairement à d’autres instrus (piano, synthés, violons…) qui vont être placés plus ou moins à gauche ou à droite

 

Du coup, je vous recommande de ne pas chercher à jouer avec la panoramique (si vous avez un potard « pan » sur votre table de mixage, ou sur votre logiciel DJ) pendant un passage riche en basses

C’est sûrement inutile, et le résultat ne sera sans doute pas convainquant !

Comment le mix harmonique peut vous aider :

Au delà de la technique de mix que vous utilisez pour passer de la basse du titre 1 à celle du titre 2, il y a la gestion des tonalités à prendre en compte !

 

Mixer « harmoniquement » (comme expliqué de A à Z dans ce cours DJ n°3) vous permet d’enchaîner des morceaux dont les tonalités sont parfaitement compatibles entre elles.

Vous évitez alors tout risque de conflit (c’est-à-dire des notes du titre 1 qui ne passent pas bien avec celles du titre 2).

 

Cela est très important à prendre en considération pour tous les instrus « mélodiques », genre piano, flûte, carillon, nappes de synthé…

Mais aussi pour les lignes de basse !

Et surtout si vous comptez les mélanger entre elles !    😉

L’importance de la bonne gestion des volumes dans vos mixes :

Enfin, un dernier point très important à gérer est le volume de vos basses !!!

Si vous avez un doute : mieux vaut baisser un peu les basses plutôt que de les booster, car ça risquerait de péter les oreilles de vos auditeurs, ça pourrait trop dénaturer le son, et ça pourrait être dangereux pour les enceintes et les amplis…

 

Surtout si vous mixez les basses des deux titres en même temps !

C’est une opération assez délicate, donc soyez précis et subtil quand vous le faites !

 

Que vous soyez en train de mixer vos deux morceaux, ou que vous n’en ayez qu’un seul qui soit lu à un moment donné : restez toujours « dans le vert » sur votre VU-mètre !

C’est-à-dire juste en dessous du 0 dB pour avoir un volume optimal, mais sans le dépasser pour garder une qualité de son irréprochable     🙂

 

Enfin, quand vous terminez un mix, vérifiez que l’équilibre est atteint pour les 3 bandes de fréquences (basses / médiums / aigus), par exemple avec vos EQ tous à « midi ».

N’oubliez pas qu’il se peut que vous n’entendiez pas correctement le rendu des basses : les « infra-bass » ne sont pas audibles, mais elles restent bien présentes !

Donc fiez-vous au VU-mètre et à vos EQ, surtout quand vous mixez en public !     😉



Tu souhaites aller plus loin en production musicale ? Télécharge le Pack de Bienvenue M.A.O. (offert) : clique ici


Tu souhaites aller plus loin en mix DJ ? Télécharge le Pack de Bienvenue DJing (offert) : clique ici


Envie de passer (rapidement) à la vitesse supérieure ? Découvre nos formations M.A.O. et DJing : clique ici