Mastering : Comment Bien Utiliser Le Dithering :

Bon, soyons honnête : le dithering est un sujet très technique que je suis loin de maîtriser !

Donc, le but des lignes qui suivent va être de démystifier un peu ce truc (avec mes modestes connaissances), et surtout de comprendre comment s’en servir en phase de mastering


dithering mastering

Le dithering, c’est quoi ?

D’après ce que j’en ai compris :

Quand on convertit un signal audio d’une fréquence d’échantillonnage à une autre (par exemple de 48 Khz à 41,1 Khz), une erreur de quantification apparaît…

… ce qui provoque une légère distorsion audible et désagréable.

Pour atténuer la perception de ce problème, on ajoute un bruit de fond au signal convertit : on a alors appliqué la technique du dithering.

 

Le dithering peut s’appliquer pour :

– une conversion analogique – numérique,

– un changement de résolution (passer du 24 bits à du 16 bits par exemple ),

– une conversion de fréquence d’échantillonnage.

 

>>> Si tu veux en savoir plus et manger ton cerveau, RDV sur la page Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Dither_(audio)  😀

 

Pour résumer : le dithering est un traitement numérique qui améliore l’impression de clarté en compensant les pertes de qualité sonore quand on convertit des données supérieures en données inférieures.

Comment faire bon usage du dithering :

Le dithering n’est à appliquer qu’une seule fois dans toute la chaîne de création d’un morceau : lors de l’export du master en qualité CD (16 bits, 44,1 Khz).

Ça sous-entend que tu bosses avec une qualité supérieure dans tes projets de compos : je te recommande le 24 bits, 48 Khz (c’est ce que je fais depuis des mois comme je l’explique dans la formation sur le sound design pour créer ta banque de sons en qualité studio, mais je vais peut-être passer en 96 Khz prochainement…).

Si, pour une raison ou une autre, tu bosses tes compos en qualité CD, alors n’utilise pas le dithering quand tu exportes ton master en 16 bits / 44100 Hz, car tu n’as pas de conversion à faire ! 😉

 

Autre chose : n’applique jamais de dithering quand tu exportes tes stems (tes pistes instrumentales groupées par exemple), ni ton mixage.

N’applique le dithering qu’une seule fois, et qu’à la toute fin de ton mastering, c’est-à-dire après avoir réglé tes fondus d’entrée et de sortie éventuels, ou tout autre traitement.

 

Si tu as l’option de « noize shaping », utilise-la pour rendre le bruit ajouté moins audible.

Quel outil pour appliquer du dithering :

Le plus simple c’est d’utiliser le dithering de ton DAW (FL Studio, Logic Pro, Cubase, Ableton Live…), s’il propose cette option.

Si ce n’est pas le cas, tu peux utiliser un VST sur la piste master, en fin de chaîne.

Liste de VST de dithering gratuits : https://www.audiorecording.me/what-is-the-best-free-audio-dithering-plug-in-solution.html