6 étapes Pour Maîtriser Les Bases De La Production Musicale (M.A.O.) :

Si tu te demandes comment bien débuter en production musicale, comment créer des morceaux de A à Z sans galérer, ou encore si tu veux découvrir les techniques de M.A.O. indispensables pour composer tes morceaux, la suite devrait te plaire…

 

On va voir 6 aspects fondamentaux, les piliers à maîtriser absolument pour que tu puisses t’épanouir, même si tu pars de zéro…

Let’s goooooo :


Apprendre à composer des morceaux en maîtrisant le processus global :

Bon, déjà, si tu n’as pas lu le guide de démarrage en production musicale qui t’est offert dans le Pack de Bienvenue M.A.O. (gratuit), je t’invite à le télécharger tout de suite : https://la-guerre-des-potards.com/formation-mao/ ! 😉

Ça te permettra d’y voir plus clair si tu débutes totalement, et de partir sur de bonnes bases !

 

Pour créer un morceau de musique électronique, il faut suivre plusieurs étapes (dans le bon ordre si possible !)…

Tu commences par développer une idée qui te sert de point de départ (phase de conception ou de « brainstorming » rapide en quelque sorte).

 

Puis, tu passes aux aspects techniques de la création musicale :

– choisir tes instrus principaux,

– les séquencer pour composer des motifs rythmiques et mélodiques,

– ajouter des sons d’ambiance plus légers et ponctuels,

– ajouter des effets et / ou des traitements aux instrus,

– ajuster le volume des pistes avec précision,

– exporter le bébé…

 

Je rentre pas dans les détails là, mais si tu veux en savoir beaucoup plus sur cette première étape d’aperçu global, check cette vidéo maintenant : https://la-guerre-des-potards.com/production-musicale-premier-morceau/

Apprendre à composer des belles mélodies :

Les mélodies et les instrus / sons qui les accompagnent (comme la progression d’accords, des nappes dans les basses…) sont des éléments très importants pour plusieurs raisons…

Déjà, c’est ce qui va donner de la « couleur » à tes tracks, c’est-à-dire de la personnalité en quelque sorte, avec des sonorités plus jolies / sophistiquées / originales ou encore plus variées que les sons de percussions par exemple…

Les mélodies vont exploiter un panel de notes bien plus large que ne le font les percus, et ça rend le morceau plus « spécial », plus « caractéristique », plus « différent » des autres titres.

La majorité du temps, on peut plus facilement se remémorer un morceau par sa mélodie que par sa rythmique percussive, ou que par ses sons « secondaires »…

 

Un truc à savoir sur la création de mélodies : bien sûr, s’y connaître en théorie musicale, ça aide…

… mais on peut aussi s’en sortir (et obtenir de bons résultats) sans avoir suivi des cours de solfège (qui peuvent paraître carrément chiants pour certaines personnes !)…

Le truc c’est de suivre une méthodologie pas à pas pour y arriver, et de connaître des astuces qui servent de raccourcis, voire de « hacks » pour qu’au final tes mélos sonnent carrément bien…

 

J’explique ça en détails ici : https://la-guerre-des-potards.com/production-musicale-tes-melodies-harmonieuses-et-eblouissantes-sans-theorie-musicale/

Apprendre à créer tes propres instruments :

Cette étape est intéressante si tu veux avoir ta propre signature sonore, ton style bien à toi, avec des intrus et des sons que personne d’autre n’a.

Souvent, les artistes vont récupérer des banques de sons toutes prêtes (avec des kicks, des leads, des sons de basse…) pour s’en resservir tels quels, ou en les modifiant légèrement.

 

L’avantage de fonctionner comme ça, c’est que tu économises du temps, dans le sens où tu n’as pas besoin de tout créer par toi-même…

(D’ailleurs, si cette approche t’intéresse, tu trouveras dans le Pack de Bienvenue M.A.O. ma banque de sons persos, l’ARSENAL SOUND BANK, prête à l’emploi    😉    )

 

Par contre, il faut dénicher (et acheter dans certains cas) ces banques de sons, et accepter de travailler avec la même matière première que n’importe qui d’autre !    :-/

 

Depuis plus de 10 ans, je ne bosse qu’avec des sons que j’ai créés moi-même, sauf exceptions comme des voix par exemple.

Synthétiser mes kicks, tout créer à partir de rien, et développer une identité unique font parti de mes kiffs, et de ma façon de bosser    😀

(Tu peux écouter le résultat ici : http://yannoo-dj.com/category/tracks/ ).

 

Si tu veux, toi aussi, créer ta propre banque de sons persos, en qualité studio, et sur-mesure par rapport à tes goûts, j’ai préparé une vidéo pour t’aider du mieux possible : https://la-guerre-des-potards.com/production-musicale-ton-usine-a-instrus-jamais-entendus-ailleurs/

Apprendre à arranger tes morceaux correctement :

Créer un morceau qui sonne bien c’est arriver à bien gérer l’évolution de l’énergie tout au long de l’arrangement (c’est-à-dire sur toute la longueur du morceau).

L’expérience que tu accumules en composant des dizaines de tracks, mais aussi en mixant sur platines (si tu es DJ, mais si tu lives sur Ableton Live par exemple, le principe est le même) t’aide beaucoup à mieux comprendre ce qui fonctionne…

 

Par exemples :

– trop peu de breaks = les danseurs n’ont pas le temps de souffler…

– Un break trop long = les danseurs se lassent, voire ils se barrent du dancefloor (game over !   🙁    )…

– Un drop trop court avant le prochain break = ça frustre les danseurs…

 

Arriver à ajuster la durée, le timing idéal pour chaque partie d’un morceau, c’est tout un art !

Il y a des techniques qui t’aident à faire monter la pression sur le dancefloor, à capter l’attention des auditeurs quand c’est nécessaire, ou encore à les « hypnotiser » si c’est un aspect qui correspond à ton style musical…

 

Pour tout savoir là-dessus, on se retrouve sur cette vidéo explicative : https://la-guerre-des-potards.com/production-musicale-tes-morceaux-sequences-et-structures-comme-un-pro/

Apprendre à enregistrer et à éditer proprement n’importe quel son :

L’enregistrement audio est une discipline cruciale à maîtriser, même si tu ne comptes pas bosser avec des « vrais » musiciens en live !

Car savoir enregistrer des sons, ce n’est pas que faire des prises en studio, mais aussi :

– capturer des sons environants (bruit de porte qui claque, cris d’oiseaux, ton pote Gégé qui vomit sa 9ème bière…),

– sampler des instrus ou des sonorités de morceaux existants (« ripper » un vinyle ou un CD par exemple, ou encore extraire un passage d’un fichier WAVE),

– récupérer la voix d’un film, d’un dessin animé, ou encore d’un documentaire…

 

Savoir comment réussir tes enregistrements te permet donc de multiplier tes possibilités pour tes productions musicales…

… mais cela va avec la maîtrise des techniques d’édition audio (au moins les basiques), afin de peaufiner et d’optimiser le rendu final !

 

Tout ça, on en parle bien plus en profondeur ici : https://la-guerre-des-potards.com/enregistrements-impeccables-prets-emploi/

Apprendre à créer des remixes, des mashups et des re-edits :

La 6ème étape pour maîtriser les bases techniques de la production musicale consiste à reprendre un ou des morceaux déjà créés par d’autres artistes, et à en faire une nouvelle version.

Créer un remix, par exemple, c’est travailler avec les pistes instrumentales séparées (kick, vocals, violon, synthé…) du morceau d’origine pour obtenir un nouveau morceau :

– structuré différement (breaks / drops / éléments placés à d’autres moments par exemples),

– avec des effets / traitements changés par rapport à la version d’origine (par exemple : rajouter un delay sur une mélodie),

– dont le tempo, voire même le style musical peuvent être complètement chamboulés…

 

Les mashups et les re-edits sont des pratiques qui sont davantage utiles pour les DJ qui souhaitent se démarquer de leurs concurrents, par exemple un incluant des surprises dans leurs nouvelles versions pour bluffer leur public…

 

Plus d’explications sur tout ça ici : https://la-guerre-des-potards.com/production-musicale-djing-remix-mashup-reedits-prets-a-mixer/

 

 

Voila, j’espère qu’avec tout ça tu vas pouvoir assurer tes premières (années de) compos !  😉