Assurez le Couple KICK / BASS Dans vos Productions Musicales :

Vous avez sans doute déjà remarqué que bien gérer le couple kick (grosse caisse) et ligne de basse c’est pas évident !

Et c’est vrai pour tous les styles musicaux, en particulier pour ceux où ces instrus sont très présents et importants…

Par exemples pour tous les genres qui se rapprochent de la Techno, Hardtekno, Hardcore, Electro, Trance…

Mais aussi pour le Dubstep ou encore le Hip-hop, même si les couples kick / bass fonctionnent différemment.

 

Pour obtenir d’excellents résultats, avoir vos kicks et vos basses qui sonnent clairs, sans conflit, vous pouvez appliquer les 3 techniques suivantes.

Vous pouvez les utiliser à différents stades de vos productions musicales : lors de l’arrangement et / ou du mixage en particulier.

 

Explications :


production musicale kick bass

Égalisez vos instrus :

Pour le faire avec finesse, je vous conseille d’attendre la phase de mixage, quand votre arrangement est fini.

Je vous conseille d’égaliser votre kick en premier, pour atténuer des fréquences nuisibles, et mettre en avant celles qui sont plus intéressantes.

 

Quand vous êtes content du résultat en écoutant votre kick joué en solo, ajoutez la ligne de basse dans la lecture.

Égalisez-la en fonction des fréquences du kick, afin de « compléter » celles que vous avez atténuées précédemment.

Vous pouvez appliquer le principe de « l’égalisation miroir » entre la basse et le kick, afin d’éviter les conflits : boostez les fréquences de la basse quand celles du kick sont atténuées, et vice-versa    😉

Peaufinez la dynamique de vos instruments :

On passe maintenant à des réglages un peu plus avancés et difficiles à maîtriser que l’EQ…

Chacun de vos instrus a sa propre dynamique, c’est-à-dire un ensemble de caractéristiques qui définissent comment l’onde sonore se comporte en termes de timing et d’amplitude principalement.

Vous pouvez modifier et peaufiner ces caractéristiques afin de mieux faire coïncider la dynamique du kick avec celle de la ligne de basse.

 

Vous pouvez agir sur :

– L’enveloppe ADSR : pour modifier les durées d’Attack, de Decay, de Sustain et de Release pour les deux instrus.

 

– La vélocité : c’est à dire la « force », l’intensité avec laquelle on déclenche la lecture d’un son, par exemple en appuyant sur la touche d’un piano.

La vélocité aura un impact direct sur l’enveloppe ADSR : si vous appuyez doucement sur une touche d’un piano, la vélocité sera faible, et l’attack sera plus longue que si vous appuyez brusquement.

 

– La compression : soit de manière « normale », sur l’un ou sur les deux instrus.

Soit en utilisant la technique du « sidechain » pour compresser la ligne de basse en réaction au volume du kick, et cela automatiquement.

Mettez votre kick et votre basse en phase :

Cette dernière technique est moins connue, plus avancée et demande d’autres connaissances pour pouvoir être appliquée correctement.

Je ne vais donc pas trop rentrer dans les détails, mais retenez surtout le principe « d’aligner les formes d’ondes » de vos instrus du mieux que vous pouvez.

 

Pour que ça fonctionne du mieux possible, il faut que votre kick et votre basse soient sur les mêmes fréquences, donc sur la même tonalité (la même note sur le clavier).

L’idée va être d’éviter au maximum les annulations de phases, en plaçant manuellement la forme d’onde de la basse « alignée » sur celle du kick.

Quand je dis « alignée » ça veut dire que (idéalement) quand l’onde du kick est à son amplitude maximale (un sommet), c’est également le cas pour l’onde de la basse.

Et inversement : quand l’onde du kick est au plus bas, c’est aussi le cas pour celle de la basse…

 

Pas évident à expliquer comme ça, je détaillerais sûrement ces techniques dans des cours de production musicale avancés… 😉



Découvre le Cursus Intégral DJ Producteur : clique ici pour voir...