4 Conseils Pour Assurer l’ENREGISTREMENT de vos VOIX :

Ce que vous allez lire dans cet article s’adresse à vous si vous créez des morceaux, si vous faites du live, et aussi si vous êtes DJ…

Vous pouvez vouloir enregistrer votre voix pour différentes raisons, comme créer des samples vocaux pour composer vos tracks, pour enrichir vos sets DJ, ou encore pour créer un « DJ drop »…

 

Avant de rentrer dans les détails, le truc à bien comprendre c’est que vous devez chercher à avoir une qualité d’enregistrement qui soit OPTIMALE !

C’est-à-dire à un bon niveau sonore, avec le minimum de bruit de fond, et sans aucun traitement / effet audio appliqué.

 

Ne faites pas l’erreur de croire que vous pourrez « rattraper » un enregistrement bancal en appliquant des traitements dans votre logiciel de M.A.O. par la suite.

Si vous avez du bruit de fond par exemple, c’est impossible de le supprimer sans dénaturer la voix au moins un minimum…

 

Voici donc 4 aspects sur lesquels vous devriez vous pencher pour obtenir de bons résultats :


production musicale voix

Traitez la pièce au niveau acoustique :

Où que vous soyez, vous êtes sujet à de la réverbération plus ou moins audible.

C’est-à-dire que le son que vous émettez va se répercuter sur les murs, le sol, le plafond, les objets…

Avec un retard et un volume variables par rapport au son produit directement depuis votre bouche.

Votre micro va capter l’ensemble de toutes ces répercutions (le son « réverbéré »), ce que vous voulez éviter au maximum !

 

Vous allez chercher à enregistrer un son avec le moins de réverb possible, un son « sec », qui soit clair et « simple ».

Vous pourrez toujours ajouter de la réverb dans votre logiciel de M.A.O. par la suite si vous le souhaitez, avec la possibilité de la régler très précisément.

 

Pour atténuer la réverb dans votre pièce, vous pouvez placer des plaques d’isolation acoustique (de la mousse absorbante si vous préférez).

Le top c’est d’en mettre partout : plafond, murs…

Mais si vous n’avez pas le budget, placez vos plaques à des endroits « stratégiques », par exemple sur le mur à proximité du micro…

L’alternative économique aux plaques de mousse c’est d’utiliser des boîtes d’oeufs     😉

Vous pouvez également utiliser un écran acoustique.

Évitez de placer votre micro prêt d’un mur, encore moins dans un angle de la pièce !

Utilisez un micro adapté :

Bien sûr, la qualité de votre micro va jouer sur le rendu de l’enregistrement !

Prenez un micro de studio adapté à la voix (vous pouvez comparer différents modèles sur ce site).

Si possible, fixez-le sur une suspension antichoc, et ajoutez-lui un filtre anti-pop !

Là, vous êtes bien niveau matos     🙂

Travaillez votre élocution :

Vous pouvez pratiquer des exercices de diction pour être plus à l’aise, comme ceux-ci :

Quand vous êtes à l’aise et que vous connaissez votre texte par cœur, faites plusieurs enregistrements.

Puis, mettez-les en compétition pour ne garder que le meilleur : en terme d’élocution / clarté d’expression, mais aussi en terme de qualité d’enregistrement.

Accordez votre voix à votre morceau :

Si vous avez défini une tonalité avant de créer votre morceau (ou si la piste instrumentale est déjà composée), assurez-vous d’enregistrer vos voix en restant toujours « accordées » sur cette tonalité.

Une fois de plus, ne comptez pas sur des techniques de production musicale que vous pourriez utiliser pour corriger ça après l’enregistrement !

Les risques de dénaturer votre son d’origine sont trop importants !

 

De même pour synchroniser la durée de vos paroles aux mesures de votre piste instrumentale : prenez soin de cet aspect PENDANT vos enregistrements !    😉