Comment Mixer des Morceaux « INMIXABLES » :



NOUVEAU : Le Pack de Bienvenue M.A.O. (GRATUIT)

Guide de Démarrage + 4 Vidéos + Banque de Sons + Bonus !

>>> Pour Tout Savoir MAINTENANT, c'est ICI...


Il y a des situations pour lesquelles c’est compliqué de mixer des morceaux entre eux, voire c’est totalement impossible…

Soit parce qu’ils sont trop différents les uns des autres, soit parce qu’ils sont dans des styles musicaux éloignés, soit, encore, parce que leur différence de tempo est trop grande.

 

Mais là où c’est sans doute le plus délicat à gérer, c’est quand vous avez affaire à de la musique NON électronique, ou qui ne suit pas le schéma habituel des 4 mesures de 4 temps !

Si vous animez des mariages, des anniversaires ou ce genre d’événements où le public a des goûts très variés, vous savez de quoi je parle !

 

J’avais déjà parlé des principes pertinents à suivre pour vous en sortir, aujourd’hui on va voir comment mixer ces morceaux « inmixables » d’un point de vue technique :


comment mixer morceaux

Comment mixer en appliquant des techniques « passe-partout » :

Voici quelques idées de techniques de mix qui vont vous aider à enchaîner d’un morceau à l’autre, même s’ils sont totalement différents :

 

– Masquer la transition douteuse en appliquant un effet (longue reverb, echo, delay, flanger…) et / ou un FX pour « faire le pont » entre les deux morceaux.

Vous pouvez, pourquoi pas, utiliser un FX « uplifter » comme ceux qui vous sont offerts dans le Pack de Bienvenue 😉

 

– Faire un fondu de volume sur les deux morceaux en même temps.

Il s’agit de la technique de mix la plus élémentaire et la plus facile à appliquer avec les line-faders de votre table de mixage !

Choisissez bien les moments sur lesquels vous allez faire vos fondus : évitez les passages avec des voix, ou chargés en instrus !

 

– Faire un fondu de fréquences avec les potards d’EQ.

Il s’agit de faire un peu comme un fondu de volume, mais au lieu d’utiliser les line-faders, vous tournez les potards de basses / médiums / aigus des deux voies, dans l’ordre et le timing que vous souhaitez.

Privilégiez un « raccordement » d’un titre à l’autre en passant par les haut-médiums et les hautes fréquences plutôt que par les basses, qui posent plus de problèmes.

 

– Faire un fondu de filtre « VCF ».

Si vous pouvez gérer le filtre indépendamment sur chaque voie de votre table de mix (comme sur la Pioneer DJM-900 Nexus 2), alors vous pouvez passer d’un morceau à l’autre en jouant avec.

Par exemple : tournez le potard pour couper les basses (« HPF » pour High Pass Filter, ne laisse passer que les hautes fréquences) sur le titre 1, pendant que vous tournez le potard pour couper les aigus sur le titre 2 (« LPF » pour Low Pass Filter, ne laisse passer que les fréquences basses).

Du coup, les fréquences des deux morceaux « se complètent », se ré-équilibrent entre elles pendant votre transition…

 

– Faites un « cut sec » : sortez le titre 1 du mix d’un coup brusque, et rentrez le titre 2, lui aussi, de façon « sèche ».

Les deux morceaux doivent entrer et sortir du mix sur des passages précis pour que la transition paraisse plus naturelle.

Par exemples : à l’arrivée d’un break, d’un drop, à la sortie d’une intro, ou encore au démarrage d’une outro…

Possible de baby-scratcher le titre 2 si vous le lancez sur un kick, afin de marquer son arrivée au près du public 😉

 

– Faire un fondu progressif sur la fin du titre 1 et entrer le titre 2 en « cut sec » sur un passage clé.

 

>>> Vous pouvez voir ces techniques plus en détails (avec des schémas, des vidéos de démo, des conseils pour les décliner…) dans le cours n°2 de la formation DJ « Padawan ».

 

Dans tous les cas, faites en sorte que vos transitions entre des morceaux « inmixables » soient courtes : de 1 à 4 mesures maximum 😉